J’ai testé pour vous…travailler dans une centrale de réservation de croisières

Fraîchement sortie de l’AFPA de Nice après avoir terminé la formation en plein été, diplôme en poche, il était dur dur de se trouver un travail étant donné que les recrutements estivaux étaient bouclés depuis Mars.  Je réponds à quelques annonces, une pour un musée et la deuxième pour une centrale de réservation à Monaco.
Monaco est la caverne d’Ali Baba de l’emploi, la seule particularité est que l’on n’a pas de contrat de travail mais un permis de travail, et si un monégasque serait intéressé par notre poste on est tout simplement dirigé vers la porte de sortie car il est prioritaire par rapport à nous, simples étrangers.
Une chose non négligeable, le salaire est beaucoup plus intéressant qu’en France. Tout d’abord on travaille 39h/semaine, et l’on cotise pour soi et non pour l’ensemble de la population. Et surtout,  pour remercier les étrangers qui viennent travailler à Monaco, il y a la prime du prince 5 % à ajouter après la réduction des charges. Pour les couples avec des enfants à charges plus les enfants grandissent et plus  la caisse primaire monégasque nous rémunère. Au bout de 10 ans, la retraite est déjà cotisée.
N’ayant pas de réponse positive de la part du musée, je tente ma chance dans cette centrale de réservations spécialiste des croisières (et la marmotte…). J’avais déjà postulé 6 ans plus tôt, et, chose étonnante,  je m’étais fait virer le jour de mon entretien car j’étais arrivée avec 30 min d’avance… Je me lance quand même, l’entretien se passe bien et je suis embauchée en CDI avec une période d’essai de 3 mois. Dans la foulée, j’en profite pour parler de mes collègues de formation qui sont en galère à se trouver un emploi. Vu qu’on s’apprécie, autant bosser ensemble
La semaine de formation a été faite par une personne non motivée, qui nous apprenait à lire une brochure sans comprendre les caractéristiques des bateaux.  Je me suis dit que ma connaissance des destinations était un atout pour faire rêver le client et vendre le produit. Arrivée en fin de semaine, pour l’examen de passage (qui, d’ailleurs, ne servait à rien vu qu’on ne tenait pas compte de nos résultats), on nous a gentiment informés que le seul but de la boîte était de… FAIRE DU CHIFFRE !!!!
Par la suite, arrive le plus bizarre. Notre chère et tendre formatrice nous donne une liste de prénoms parmi lesquels nous devions en choisir un. Chouette, me dis-je. C’est un jeu de rôle. Non ! Non ! En travaillant sur le plateau on change de prénom parce qu’il y a tellement de turn-over que les informaticiens n’on t plus envie de nous créer une adresse mail. Après mûre réflexion, je choisi Dalila. Heureusement j’avais le droit de garder mon nom de famille et, cerise sur le gâteau, un photo de moi, avec un casque de téléopératrice sur les oreilles, apparaissait lorsque je devais envoyer un devis à un client. C’est certain que je ne pouvais m’appeler Martine El*** avec un visage typiquement oriental 😉
Première semaine dans la gueule du loup 
La pire semaine de ma vie professionnelle et la plus inutile. Pourquoi, me direz-vous ? Parce que nous sommes sur un plateau téléphonique qui compte 200 personnes ayant tous la même liste. Une liste de clients qui ont fait une demande de devis et qu’on rappelle. Une fois un client a eu 52 appels de notre part. Le collaborateur qui l’a eu au bout du fil a compris sa souffrance, car le client était en réunion et ayant son épouse enceinte a cru à une urgence ou un accident. Le plus souvent, on passe des journées entières à écouter des sonneries et des messageries vocales des clients. Heureusement, certains clients avaient le sens de l’humour et avaient alimenté leur portable avec des messageries comiques.
Après cet incident avec le client, la société a décidé d’afficher son numéro de téléphone et de demander à tous les collaborateurs d’appeler maximum 5 fois le client. Désormais, tout le monde n’appelait plus la même personne en même temps, on devait se partager la liste. Après 2 semaines difficiles, j’ai enfin réussi à vendre une croisière en Méditerranée. L’objectif était d’avoir 35 points pour espérer avoir une prime de 200€. Sachant qu’une croisière vendue à 900€ rapporte entre 0.25 et 0.75 points si ajoute l’assurance, je vous laisse faire le calcul. C’est là que la pression commence car si tu n’as pas les points, ta chef d’équipe n’a pas sa prime non plus, seulement un pourcentage. A force d’être sur notre dos on a compris qu’elle veut ses sous…et le plus hallucinant quand il manque 0.75 points à une collègue pour avoir sa prime,  elle vous retire ces fameux points pour les donner à une autre, parfois même, sans vous consulter au préalable.
Ces petits arrangements entre amis n’étaient pas les seuls points négatifs de cette entreprise. La pression est leur mot d’ordre. Une collègue a bossé 6 mois non stop, en vendant comme une folle elle arrivait péniblement à atteindre ses objectifs chaque mois (sauf un mois où il y a eu un moment de creux). C’est là que son cauchemar a commencé avec la responsable de plateforme, qui lui a bonnement dit qu’elle lui mettrait la pression. Pire encore, qu’elle partirait par elle-même. Pour cette entreprise s’il y une baisse de vente lors d’une période, on n’est plus bon à rien et bien sûr, pas question pour eux de payer des indemnités.  Finalement, cette collègue a fini en dépression car à Monaco, il n’y a pas de prud’hommes. Le cauchemar continuait également pour les autres avec un nouveau patron et des nouvelles règles qui changeaient tous les jours. Si on ne faisait pas ceci ou cela on était viré dans la demi-heure c’est comme si on  jouait au jeu des chaises musicales. Même mon colocataire a été viré en 2 semaines (une semaine de formation + une semaine dans la gueule du loup) sans lui laisser le temps de s’adapter.
Si seulement leur méthode d’embauche était leur seul problème mais avec les clients c’était pareil.  Le gonflement des prix des vols et des croisières, des cadeaux qu’officiellement on vous offre mais qu’officieusement on vous fait payer, les bateaux et les prix sur leur site sont mensongers. Lorsque une chef d’équipe vous vend une croisière et qui vous indique que le port d’Hambourg est le même que celui de Kiel et que le port de La Goulette est à Tunis il y a une sacrée distance entre ces ports. Les photos des bateaux ne correspondent pas aux bateaux que vous prendrez et ne communiquez jamais votre numéro de carte bancaire tant que le conseiller ne vous indique pas qu’il a arrêté l’enregistrement de votre conversation et il lui est interdit de répéter les numéros car on ne sait pas qui est à côté de lui.

Ces conseils s’appliquent, pour tous les paiements que vous effectuez, pour régler une facture Edf, une facture de téléphone etc…SOYEZ PRUDENTS !!!
2 mois dans la gueule avec en prime 1 mois en dépression et une tension à 7 et mon salaire divisé par 2, voilà comment s’est terminée mon expérience dans une centrale de réservation de voyages et de croisières !! Merci QCNS Cruise SAM
Et je ne suis pas la seule à parler de cette compagnie
http://voyageforum.com/discussion/deboires-avec-agence-qcns-cruise-sam-monaco-d6185190/

http://voyageforum.com/discussion/croisiere-en-mediterranee-avec-qcns-cruise-d5942222/

 

No Comments

Leave a Reply