10 jours en mer du Nord 5e escale : Oslo

 

© Touristissimo

C’était l’escale que j’avais le plus envie de visiter. La Norvège était pour moi, l’une des deux destinations où je devais absolument aller. L’escale ne durait que cinq heures, malheureusement (8h à 13h), car il y avait du chemin à faire pour retourner jusqu’au Havre. La capitale de Norvège se trouve au fond d’un fjord.

© Touristissimo

Un fjord, c’est une ancienne vallée glacière qui a été envahie par la mer. Levé très tôt, vers 5h30, une heure plus tard, j’étais sur le pont admirant ce paysage verdoyant, où le paquebot doit se frayer un chemin parmi les multiples îlots et autres rochers qui parsèment la route maritime, menant à Oslo.


Vers 7h30, la ville est enfin en vue. Le paquebot accoste près de l’hôtel de ville, construit tout en briques et du château de Akershus, demeure construite au XIVe siècle et qui abrite désormais un musée qu’on peut visiter gratuitement.

© Touristissimo

C’est parti pour la dernière excursion du voyage. C’est encore une femme d’une cinquantaine d’années, et, comme à Hambourg, qui n’est pas originaire du pays : elle est belge mais vit en Norvège depuis une dizaine d’années. La visite commence par l’opéra d’Oslo qui se situe juste derrière le port. Il est de forme cubique, blanc et fait penser à un immense iceberg biscornu. Il est tout en pente, et l’on peut se promener en son sommet où l’on voit une jolie vue du fjord ainsi que de la ville d’Oslo qui est en travaux. Une fois les photos prises, il est tant d’embarquer dans le bus pour un tour panoramique de la ville : on passa près du Parlement, de l’université et du palais royal qui ressemble à Buckingham Palace mais en plus petit.


Le bus devait nous conduire dans le parc le plus célèbre d’Oslo qui s’appelle le Vigelandsparken. Ce parc est l’une des attractions phares d’Oslo. Il comporte 212 sculptures en granite et en bronze qui représentent le corps humain nu, à tous les âges de la vie. L’été, les habitants d’Oslo aiment y faire des pique-niques et aiment flâner par toutes les saisons. C’est un véritable écrin de verdure avec ses immenses arbres et ses rosiers multicolores. Une des sculptures les plus connues du parc est la colonne Monolith. Cette colonne de plus de 14 mètres de hauteur est sculptée en une seule pierre, et représente 121 figures humaines. De nombreuses interprétations existent sur le sens du monolithe : la résurrection de l’Homme, la lutte pour l’existence, l’aspiration humaine pour les sphères spirituelles, la transcendance de la vie de tous les jours et la répétition cyclique.

© Touristissimo

© Touristissimo

© Touristissimo

© Touristissimo

Après avoir pris quelques photos et essayé d’imiter les postures des sculptures, il est temps de remonter dans le bus pour partir vers le dernier lieu de visite. Il se trouve sur les hauteurs d’Oslo, c’est le tremplin de saut à ski « Holmenkollbakken ». Construit en 1892, il fut entièrement rénové pour la dix-huitième fois en 2009 et reconstruit. Il atteint la hauteur de 134 mètres. 


A côté, on trouve un simulateur de saut à ski, si vous êtes fan de sensation sortes, ainsi qu’une boutique de souvenir, dont l’entrée est gardée par les sculptures de deux vilains petits trolls. Je vous conseille, d’entrer dans la boutique et de vous diriger sur la terrasse, où le sol est composé de tiges de métal qui laissent entrevoir le vide, à mi-parcours du tremplin : sensations garanties. 

Malheureusement, l’heure tourne trop vite et il est déjà tant de revenir au paquebot, cinq heures c’est beaucoup trop court. Notre guide, nous offre comme cadeau d’au revoir, une chanson issue du folklore norvégien, qui raconte l’histoire d’une petite fille qui part cueillir des framboises : ce fut un succès applaudit par tout autobus.


Avant de rentrer au paquebot, un petit détour par le duty-free. La Norvège ne se trouvant pas dans l’Union Européenne, il est très avantageux d’acheter vos souvenirs ici car vous vous faites rembourser la détaxe en euro, ce qui n’est pas négligeable. 13h sonnent déjà, le paquebot quitte le quai une dernière fois, afin de redescendre prudemment le fjord, menant les la séparation entre la mer du Nord et la mer Baltique. Bizarrement, la Norvège m’a moins enthousiasmé que ce que j’avais espérer. Oslo est une ville agréable, mais à l’architecture bien plus moderne que Copenhague. Il est vrai qu’en 5h de visite, il est difficile de se forger une opinion mais bizarrement, Copenhague m’a donné plus envie de revenir qu’Oslo.

Cette petite escapade aura été une agréable surprise qui aura fait taire tous les préjugés. Normalement, en Europe du Nord, il fait un temps plutôt gris, même en été. Durant mon séjour, rien de tout ça. Il n’y a pas eu une goutte de pluie, et les températures avoisinaient souvent, les 25°C. Dommage, malheureusement, que la compagnie Costa n’a pas souhaité renouveler cet itinéraire, ni les départ du Havre. C’était tout de même pratique pour les passagers Français qui allaient chercher le bateau.

 

© Touristissimo

Comme indiqué au début de notre feuilleton, j’avais déjà pris ce paquebot, treize ans plus tôt bien avant sa transformation. Hormis les transformations extérieures, la transformation majeure est que ce paquebot ne possède plus de théâtre sur deux étages. Celui-ci ayant été réaménagé en spa immense et en salle de sports

J’ai tout testé pour vous même le « C » de Costa© Touristissimo

 Je n’ai pas essayé le spa, étant donné que je ne suis pas fan des centres de remises en forme. L’idée de se faire palper ne m’a jamais emballé. Pour les spectacles du soir, ceux-ci se jouent maintenant dans deux petits salons et ressemblent plus à des animations désormais. Si le spectacle est important pour vous, ça peut créer un handicap. Dans les nouveautés, on trouve une vinothèque où vous pouvez déguster de nombreux crus internationaux, avec un petit bout de fromage, moyennant un supplément payant, bien entendu. Pour les gourmands et les gourmets, il y a également un bar à chocolats où vous pouvez déguster de nombreuses variétés de chocolats à boire chauds ou froids, aromatisés à plusieurs parfums (pistache, noix de coco, blanc… ils sont compris dans le forfait all-inclusive), mais également des chocolats à manger.

Au niveau restauration, de tous les paquebots Costa sur lesquels j’ai voyagé, celui-ci remporte la palme du goût. Les plats sont élaborés de manière sophistiquée. Fini le temps des viandes grillées servies avec des légumes cuits à l’eau en accompagnement, les viandes sont désormais cuites avec des sauces et les légumes assaisonnés avec des herbes aromatiques. Je vous conseille vivement, de payer le menu à 25€ qu’offre le Restaurant Club NeoRomantica, où vous pourrez manger jusqu’à 4 plats dans une atmosphère cosy et immaculée tout en regardant la brigade du restaurant, s’affairer à vous préparer les bons petits plats que vous aurez commandé.


A bord, un personnel dévoué et souriant sera à votre service. Que se soit votre cabinier/ière, votre serveur au restaurant, où les autres membres d’équipage que vous pouvez côtoyer au bureau des excursions ou à la réception, tous auront plaisir à vous rendre service et même s’ils ne comprennent pas toujours ce que vous leur demanderez, ils mettront tout en œuvre pour vous satisfaire. Ce paquebot à taille humaine saura vous charmer et pour celles et ceux qui ont peur de se perdre, il est extrêmement facile de se mémoriser les différents endroits du paquebot.

1 Comment

  • Reply Mayela 23 février 2015 at 1 h 43 min

    Pour le nouveau France, je suis aussi tre8s sctqeipue. Il y a des ide9es e0 creuser dans ce domaine ( j’en ai une !) mais vouloir faire flotter e0 nouveau un paquebot de ce genre exigerait une perfection dans sa re9alisation et un e9lan d’une envergure immense, irre9alisable e0 l’heure actuelle en ce qui concerne la France. Un projet international ( incluant la France )ou d’autres pays( paquebot anne9es 30 made in China ?) reste possible.

  • Leave a Reply