L’Ouzbékistan autrement

Jusqu’à aujourd’hui tous les voyages que j’ai effectués était une expérience unique, des rencontres inoubliables tandis qu’en Ouzbékistan les expériences sont enrichissantes qu’elles resteront gravées dans ma mémoire. J’ai vécue deux belles expériences parmi tant d’autres lors de mon voyage en Ouzbékistan, mais ce sont les plus marquantes, la première était une aventure qu’on voulait vivre les copines blogueuses Claire, Rattana, Marion et moi lors de l’organisation de notre voyage avec notre guide Nasrullo : Passer une nuit dans une yourte, malgré qu’il faisait encore froid dans la région de Navoiy on voulait quand même tenter l’expèrience et on ne l’a pas regretté.

Dormir dans les steppes


A peine arrivée on a eu droit à notre rituel habituel dans chaque lieu qu’on allait visiter, la cérémonie du thé est primordiale. L’équipe du camp de yourte est un couple avec leur fille accompagnés des saisonniers qui étaient là pour nous accueillir, ce qui était chouette on était les seuls dans le camp de yourte ce qui nous permettait de mieux connaître nos hôtes.


L’adresse de notre camp de yourte est bien conservée par Nasrullo ce que je sais seulement que c’est dans le désert de Kyzylkoum à 2h de Bukhara, ce n’est pas plus mal de ne pas savoir où on va, ça fait partie du voyage et de ses surprises.
Après la cérémonie de thé on est allé se balader autour des yourtes et on a rencontré un jeune berger qui nous a fait le plaisir de poser pour nous et d’approcher ses moutons et ses chèvres pour un instant câlin.

Le meilleur moment cette escapade dans les steppes quand le chanteur du village est venu nous interpréter ses chansons sous un ciel étoilé autour d’un feu et puis le rythme de ses chansons s’accélérait comme pour nous dire de nous lever et danser et ce qu’on a fait en essayant de fredonner avec lui Jamila, Jamila, Jamila…I love you, c’est ainsi que c’est terminé notre séjour au camp de yourte pour repartir le lendemain matin pour une nouvelle aventure.

Dormir chez l’habitant

Le choix de dormir chez l’habitant était unanime, lors de notre voyage nous voulions dormir chez l’habitant et on a fait confiance à notre guide Nasrullo, là aussi il est le seul à connaître où se trouve le village de Pangate ce lieu caché  loin des villes touristiques.

L’habitant chez qui on dormait, était un ancien collègue de travail du père de Nasrullo, on est arrivé à temps pour fêter Navruz et par la même occasion la naissance du petit fils de notre hôte seul le ciel bleu n’était pas au rendez-vous, mais peu importe le temps les sourires et l’accueil des villageois nous ont réchauffé le cœur.
Après notre cérémonie de thé, nous sommes allées nous balader dans le village avec Mahfouza la fille notre hôte une jeune adolescente avec qui j’ai bien ri quand elle essayait d’imiter Nasrullo en train de ronfler, j’en ris encore.

A peine ai-je tournée la tête que je me suis retrouvée seule « pas complétement », j’ai rencontré deux petites filles l’une d’elle est âgée de 7 ans et la seconde de 4 ans qui m’ont prise la main pour m’emmener à la maison familiale pour me faire goûter au sumalak un dessert bien sucré spécialement préparé pour la fête de Navruz.
J’ai été touchée par leur gentillesse, par leur accueil et leurs sourires j’étais mal à l’aise de ne pas savoir parler l’ouzbek à part leur dire comment je m’appelais et que je ne cessais répéter merci beaucoup pour les remercier j’ai proposé de les prendre en photos, c’était drôle de les voir s’émerveiller devant leurs portraits dans un boîtier qui est mon appareil photo, cela à tellement plu aux petites filles qu’elles m’ont désignée comme leur photographe attitrée en prenant des pauses.


Après notre séance photo improvisée, j’ai continué mon chemin et c’est là que je retrouve mes copines avec les femmes du village à rire et à jouer avec les enfants, ma place était dans la cuisine à manger du sumalak avec les doigts c’est tellement meilleur qu’avec une cuillère.

Il y avait tellement de monde autour de nous, ils étaient heureux de nous rencontrer tout comme nous.

De retour chez notre hôte pour un délicieux dîner, le fils aîné de la famille fraîchement rentré de son service militaire nous a proposé de nous emmener en compagnie de notre chauffeur Asim dans une fête, une fête au milieu de nulle part, où les villageois surtout les grands-mères dansaient sur la dance Ouzbek, un moment unique remplie de fous rires et de générosité.

Le lendemain nous devions déjà repartir, c’était difficile de les quitter; heureusement les souvenirs, les photos sont là pour immortaliser ses moments uniques et nous avons Nasrullo pour garder un lien entre nous et les villageois.

En allant en Ouzbékistan, je voulais tout découvrir de ce beau pays, ce sont les rencontres des habitants qui m’ont le plus enrichis, leur joie de vivre est contagieuse, leur hospitalité est unique de tous les voyages que j’ai fait c’est celui-là qui m’a fait sentir des belles émotions, de joie, de surprise, paix…la seule chose que je regrette est de ne pas être resté un peu plus longtemps.

2 Comments

  • Reply Ilham 12 mai 2017 at 13 h 59 min

    L’OUZBÉKISTAN ne figurait jamais sur ma liste des pays à visiter ! Mais la tu me donnes envie d’y aller ! Ces jolies photos témoignent d’un mode de vie simple et racontent beaucoup d’histoires

  • Reply Cédric 17 mai 2017 at 18 h 09 min

    Ca a l’air d’avoir une super expérience. Et surtout authentique !
    Le type d’expérience que je rêve de vivre un jour (et que je vais m’efforcer de réaliser bien sûr).

    Merci pour le partage en tout cas, en Ouzbékistan en plus, un pays auquel je n’aurai pas pensé spontanément pour un futur voyage. A méditer donc 🙂

  • Leave a Reply